Pelade – informations

4.5/5 - (2 votes)

alopécie La pelade est considérée comme une maladie auto-immune dont l'origine est encore inconnue. Il conduit à la perte de cheveux par des plaques du cuir chevelu. Peut entraîner une calvitie totale (alopécie universelle) et même la perte de tous les poils du corps (alopécie totalis). La pelade est une maladie fréquente qui représente 2% des consultations dermatologiques. C'est une maladie qui peut avoir de graves conséquences psychologiques.

Pelade – informations générales

La pelade se caractérise par une perte de cheveux par des plaques non cicatricielles avec inflammation. Dans le cas de la pelade, les cellules du système immunitaire (lymphocytes) sont activées pour une raison encore inexpliquée et ciblent la racine du poil qui est reconnue comme "étrangère" par l'organisme. Diverses hypothèses ont été avancées pour expliquer l'induction de ce mécanisme. Il a été estimé que 1,7 % de la population développera une pelade au cours de leur Lives. La pelade peut survenir à tout âge bien qu'elle soit plus fréquente chez les enfants et les adolescents. Il existe des récidives dans 80 à 70% des cas. De plus, cette pathologie est à l'origine d'un handicap physique ou psychique chez l'adulte comme chez l'enfant. La pelade est une maladie inflammatoire chronique qui touche les follicules pileux, elle provoque la chute des cheveux. La pelade est une maladie dont l'origine est inconnue mais probablement liée à une anomalie de l'immunité à des gènes familiaux. Les plaques de pelade sont de taille variable, principalement localisées sur le cuir chevelu. Cependant, les plaques d'Alopecia areata peuvent apparaître dans la barbe, les sourcils, les cils ou d'autres zones poilues du corps. Les plaques d'alopécie areata s'étendent à la périphérie et peuvent se rencontrer pour former de grandes zones d'alopécie. Au niveau des plaques de Pelade, la peau est lisse, blanche, et les orifices pileux sont parfois dilatés. Lorsque la pelade est évolutive, les cheveux se détachent facilement au bord de la plaque. La plaque de pelade guérit souvent d'elle-même après plusieurs mois d'évolution même sans aucun traitement, mais les rechutes sont fréquentes. Divers traitements permettent de faire repousser les cheveux parfois durablement même lors de pelade sévère. Ces traitements ne sont pas encore en mesure d'offrir un remède. En général, les personnes atteintes d'alopécie areata sont en bonne santé générale et ne présentent aucun autre symptôme, mais un certain nombre d'études épidémiologiques ont montré dans les patients atteints d'alopécie areata une plus grande fréquence de maladies auto-immunes (c'est-à-dire des maladies où le corps attaque ses propres structures). Cependant il n'y a probablement aucun lien entre ces maladies. De plus, des associations avec ces maladies ont été rapportées : Addison, lupus érythémateux, polyarthrite rhumatoïde, sclérodermie, anémie pernicieuse, pemphigus vulgaire, maladie cœliaque, rectocolite hémorragique, diabète juvénile. Selon des études, 10 à 60% des personnes ont des ongles anormaux tels que des stries, des fissures, des points et du grès rouge. Ces anomalies peuvent être détectées avant l'apparition de la pelade comme après sa régression.

Pelade non traitée

La pelade non traitée est sans doute la meilleure alternative aux pelade en petites plaques de taille modérée, elles guérissent souvent sans traitement après plusieurs mois d'évolution. Le traitement n'est pas utile lorsque le malade n'est pas gêné par son affection. Il faut aussi abandonner le traitement lorsque les follicules pileux ont disparu et ne poussent plus.

Traitement local de la pelade

  • Corticoïdes locaux – Ce traitement dure plusieurs semaines et peut être couplé au minoxidil. Il peut provoquer un amincissement de la peau et de petits boutons qui ressemblent à de l'acné.
  • Injections intralésionnelles de corticoïdes – Il est indiqué pour la pelade de l'adulte si la surface n'est pas trop grande. Le dermatologue effectue des injections superficielles dans les zones concernées.
  • Les injections sont répétées tous les mois pendant environ 3 à 6 mois. Il peut être contre-indiqué en cas d'hypertension, de diabète ou d'infection. Il peut provoquer un amincissement temporaire de la peau et le développement de petits vaisseaux.
  • Minoxidil – C'est un complément utile pour la repousse des cheveux. Il est souvent prescrit avec des corticostéroïdes locaux et de l'anthraline.
  • Anthraline – L'anthraline est un produit efficace dont l'utilisation n'est pas très aisée car elle est irritante et altère la couleur de la peau. Il est utilisé à des concentrations croissantes pendant de courtes durées (10 à 30 minutes). C'est un traitement souvent proposé aux enfants lorsque les autres thérapies sont inappropriées. Ce traitement ne doit pas être associé à la thérapie UVA.
  • Immunothérapie de contact diphencyprone (DCP) – C'est un traitement de référence dont l'efficacité est prouvée par plusieurs études de qualité, il est réservé à la pelade sévère. La diphencyprone (DCP) est un médicament chimique qui n'a pas de statut allergisant. Ce traitement est uniquement Disponible dans certains centres, il nécessite une application hebdomadaire ou bihebdomadaire pendant plusieurs mois. Ce traitement nécessite une information détaillée du patient car il comporte des effets secondaires (eczéma) et des complications (dépigmentation de la peau) qui n'ont pas été évalués par des études à grande échelle.

Traitement général de la pelade

  • Corticoïdes en traitement général – La cortisone en traitement général est utilisée au cours des poussées sévères de la maladie car elle permet souvent de stopper la chute des cheveux jusqu'à ce que d'autres traitements prennent le relais. L'exigence de fortes doses en cures courtes donne de bons résultats dans les indications ciblées.
  • Thérapie UVA – L'efficacité des rayons ultraviolets couplés à un photosensibilisant est un traitement ancien qui peut donner de bons résultats. Ce traitement nécessite souvent plusieurs séances (30 à 50) avant que la repousse des poils ne se produise. L'exposition de tout le corps est nécessaire. La thérapie UVA comporte un risque de cancer de la peau. L'utilisation du laser excimer est prometteuse. Immunosuppresseurs
  • Méthotrexate – Une étude récente montre de très bons résultats de cette thérapie utilisée depuis longtemps dans le traitement du psoriasis. C'est un traitement puissant qui est recommandé dans les pelades sévères. Le méthotrexate avalisé par la cortisone par voie systémique à faible dose est recommandé.
  • Cyclosporine A – Ce traitement a une forte suspension et des effets secondaires.

Diagnostic de la pelade

Le diagnostic de pelade est généralement plus facile lorsque la maladie se manifeste par des plaques d'alopécie récurrentes qui guérissent et récidivent après quelques mois ou années. De même, les formes de pelade totale ou universelle ne posent généralement pas de problème aux dermatologues familiarisés avec cette affection. Un examen attentif à l'aide d'un appareil grossissant (ou vidéomicroscope dermatoscope) permet au dermatologue de mettre en évidence les poils lors des poussées de pelade aiguë. L'observation du cuir chevelu permet également de visualiser des cheveux courts dont l'extrémité est cassée et des cheveux abîmés jusqu'à la racine du cuir chevelu. Le dermatologue peut demander une prise de sang pour rechercher des maladies auto-immunes associées à la pelade.

Pelade – Personnes à risque

Les personnes qui ont un proche parent souffrant d'alopécie areata. Ce serait une personne sur cinq souffrant d'alopécie areata. Les personnes dont un membre de la famille souffre d'asthme, de rhume des foins, d'eczéma atopique ou d'une autre maladie auto-immune comme la thyroïdite auto-immune, le diabète de type 1, polyarthrite rhumatoïde, lupus, vitiligo ou anémie pernicieuse. Étant donné que les connaissances sur les causes de la pelade sont très limitées, aucun facteur de risque n'a été découvert jusqu'à présent. Il n'y a aucun moyen de prévenir l'apparition de la pelade.

Évolution de la pelade

La pelade est une affection chronique qui dure souvent plusieurs années, son évolution est imprévisible. La repousse de la pelade étant souvent blanche, les cheveux mettent souvent plusieurs mois avant de retrouver une couleur normale. La pelade s'aggrave généralement avec les années et surtout si la pelade est plus sévère au moment du diagnostic. Le pronostic à long terme est moins bon lorsque la pelade débute dans l'enfance et lorsqu'elle touche la lisière des cheveux. Habituellement, la pelade reste localisée au cuir chevelu et se limite à de petites plaques nues. Cependant, dans sa forme extensive, il peut pousser et s'étendre à la barbe et à l'ensemble du cuir chevelu. La pelade universelle (perte de tous les poils du corps) est très rare. L'évolution de la pelade est hautement imprévisible. De plus, il n'y a pas de remède pour en venir à bout. Rien ne protège d'une rechute (ce qui est très courant). L'évolution de la pelade est difficile à prévoir car la sévérité et l'évolution varient d'un individu à l'autre. Cependant chez certains individus la pelade peut évoluer vers une perte totale des cheveux de la tête : il s'agit de la pelade totale, qui est plus fréquente chez les sujets jeunes. Une minorité perd tous ses cheveux et tous ses poils et la pelade est généralisée (pelade universelle). Il existe également des pelades diffuses entraînant une diminution de la densité capillaire de manière uniforme sur tout le cuir chevelu. De plus, l'augmentation est plus ou moins rapide. Ainsi, lorsqu'une pelade dévastatrice éclate, tous les cheveux peuvent tomber en 48 heures. Chez d'autres, la pelade évolue lentement sur des décennies. Certaines personnes trouvent une variation dans l'amplitude de la pelade selon la saison. Les poils de différentes parties du corps peuvent se repousser indépendamment. Lors de la repousse, les nouveaux cheveux sont généralement décolorés dans un premier temps, puis ils prendront la couleur et le diamètre habituels.

Qu'est-ce qui cause la pelade ?

Les facteurs exacts responsables de la pelade sont inconnus. Considérant que la pelade est une maladie auto-immune (l'organisme considère ses propres cellules comme étrangères et essaie de les éliminer) qui touche majoritairement les sujets génétiquement prédisposés. Il existe des observations isolées de perte de cheveux après des épisodes de stress, mais les études les plus récentes ne montrent pas de facteur psychologique à l'origine de la pelade, la pelade n'est pas une maladie « nerveuse ». Les scientifiques ne savent pas ce qui déclenche la chute des cheveux. Ils supposent que le mécanisme implique la destruction des cheveux en tant que système auto-immun ReAction. Heureusement, les cellules souches des follicules pileux ne sont pas affectées par la maladie, les cheveux peuvent donc repousser, même après plusieurs années de dormance. L'hérédité et les facteurs environnementaux (dont les infections virales, les traumatismes, le stress chimique ou physique, etc.) pourraient jouer un rôle déclenchant. Il est important de protéger la peau, les yeux et le nez des agressions extérieures :

  • Tout en protégeant la peau du soleil, une bonne crème solaire peut faire l'affaire. Pour la tête, vous pouvez opter pour le port d'une perruque, d'un chapeau ou d'un bandeau, qui a l'avantage de garder la tête au frais.
  • Portez des lunettes de sécurité (ou des lunettes de soleil) pour protéger les yeux du soleil et de la poussière pour ceux qui ont perdu leurs sourcils et leurs cils.
  • En cas de perte de poils du nez, il peut être utile d'appliquer une lotion antibiotique dans les narines pour se protéger des micro-organismes qui envahissent le nez et provoquent rhume, grippe, sinusite, etc. Demander l'avis d'un médecin.

Symptômes de la pelade

  • Une ou plusieurs plaques complètement dénudées de poils. Parfois, des démangeaisons ou une sensation de brûlure peuvent être ressenties dans la zone touchée, mais la peau conserve un aspect normal.
  • Parfois, des anomalies des ongles telles que des stries, des fissures, des taches et des rougeurs. Les ongles peuvent devenir cassants.
  • Exceptionnellement, une perte de tous les cheveux et.

La pelade débute brutalement à tout âge mais le plus souvent chez l'enfant ou le jeune adulte, elle évolue par épisodes qui peuvent se répéter tout au long de la vie. La pelade est une perte de cheveux, une épilation des poils du corps. La pelade des petites plaques est la forme la plus courante. Les plaques de pelade ont des tailles et des formes variables. La pelade diffuse est rare, elle se traduit par une chute de cheveux étendue qui touche l'ensemble du cuir chevelu. La pelade universelle est une épilation totale de tous les poils du corps. La perte des cils, des sourcils ou des anomalies des ongles peut être isolée mais accompagne le plus souvent une pelade sévère. La gravité de la pelade est évaluée en fonction de la surface capillaire atteinte.

Stades de sévérité de la pelade

  • Pas d'alopécie
  • alopécie surface de moins de 25% du cuir chevelu
  • surface d'alopécie entre 25% et 49% du cuir chevelu
  • alopécie surface entre 75% et 99% du cuir chevelu
  • Alopécie complète

Les plaques de pelade ont une forme arrondie, centrifuge, de taille variant entre 2 et 8 cm de diamètre en fin d'évolution. Dans plus de 50% des cas, les cheveux repoussent tout seuls, entre six mois et un an après la première chute de cheveux. Malheureusement la repousse est aléatoire et il est indispensable de la stimuler par un traitement adapté. Les récidives sont fréquentes et imprévisibles : dans 50 % des cas, elles peuvent réapparaître 5 ou 10 ans après la disparition de la première zone. Beaucoup plus rarement (5 % des cas), le processus de pelade peut s'étendre sur l'ensemble du cuir chevelu ; est appelée pelade totale. Encore plus rarement (0,20 % des cas), la pelade se propage à l'ensemble des cheveux et tombe sur tous les poils du corps. C'est ce qu'on appelle l'alopécie areata universalis. Qu'elle soit partielle ou totale, la pelade touche aussi bien les hommes que les femmes, elle touche particulièrement les cheveux bruns et les sujets les plus jeunes (environ 60% des cas surviennent avant 20 ans). L'âge moyen est d'environ 30 ans.

Laisser un commentaire